Merci à Julien, Mentor, à qui nous devons cette maxime instructive…

Cet article est dédié aux entrepreneurs qui ont déjà traversé ces phases complexes d’échecs où il faut faire le tri entre ce qui va dans la bonne direction et ce qui ne décolle pas spontanément.

Comment faut-il réagir après un échec ?

Une période de forte déprime entrepreneuriale est souvent liée à une configuration très précise où des résultats étaient attendus, notamment pour un lancement, et où le “Reality Check” n’a pas apporté les réponses espérées. Il faut alors recréer d’autres listes d’objectifs très rapidement et trancher sur un certain nombre de sujets et de mauvaises pistes stratégiques. Le cerveau nous plonge dans cette phase de “Down” pour nous faire réagir et aussi parce qu’il sait qu’on est finalement sans autre plan B. C’est le manque d’alternative qui produit la déprime. Pas l’échec en lui-même !

Lorsqu’un projet ne rencontre pas de traction à son ouverture…

…ce qui arrive statistiquement dans 93% des cas tout de même ! Il faut connaître ce chiffre ! Que faut-il faire ? L’immense majorité du temps, les objectifs s’écroulent violemment. Le manque de perspectives fait voir tout en noir. On a envie de jeter l’eau du bain et tout ce qui s’y trouve dedans. Le problème de fond est lié à l’incapacité à considérer le problème sous un autre angle. Changer de point de vue, c’est analyser différemment. Et c’est apercevoir des solutions !

Un cas très concret pour mieux expliquer

Plutôt que de longs discours théoriques, voici un cas pratique extrêmement concret et instructif !

Le lancement de PepperSales est passé inaperçu

C’est une réalité ! En même temps, nous n’avons fait aucune relance presse, aucun communiqué…C’est somme toute logique ! Cela se saurait si les médias s’emparaient d’un sujet spontanément. Et de nombreux membres aussi n’ont pas vu que nous avions lancé concrètement la plateforme. Nous travaillons dans l’optique d’une croissance spontanée, sans forcer artificiellement le Destin, en répondant juste aux besoins exprimés naturellement.

Et pourtant l’article de clap de pause est l’un des + lus à ce jour !

C’est surprenant tout de même. Vous avez été plus de 500 à venir directement voir l’article. Une traction jamais vue pour un samedi après-midi, sachant qu’en plus l’article n’avait pas été poussé et juste déposé sur Linkedin sans autre mesure. Et vous avez été très nombreux à écrire pour dire que c’était dommage. Quelle situation totalement paradoxale !

Qu’est-ce qui fait un bon lancement alors ?

Comment faut-il s’y prendre ? Y-a-t-il une recette magique ? Pour mobiliser l’attention, il faut qu’il se passe quelque chose d’exceptionnel. En l’occurrence, la mise en pause du projet a visiblement suscité des réactions. Ce n’était pas voulu car nous étions totalement déprimés pour être toujours parfaitement honnête et transparent.

Rater un lancement de site, c’est vraiment se sentir atteint en plein coeur ! On met toute son énergie pendant plusieurs mois dans un projet et là…encéphalogramme plat ! Cela fait peur et inquiète ! La première réaction est la déprime. C’est assez violent et pourtant il faut se remettre à marcher ! Il n’y a rien qui ne se construise sans peine. “Pas de up…sans down!” comme dirait notre mentor Julien !

Yannick ROBERT, CEO de peppersales.io

Il n’y a en fait jamais de lancement idéal. Il y a juste un premier pas de fait et celui-ci est dans l’immense majorité des cas chancelant. C’est la même chose dans tout domaine où l’on débute. La création d’une entreprise n’échappe pas à la règle. Des leçons doivent toutefois être retenues et apprises. C’est la célèbre “Learning Curve”.

Que faut-il acter pour redémarrer sur le bon pied ?

Dans le cas très précis de PepperSales.io et de notre projet de plateforme d’apporteurs d’affaires, nous retenons les 12 points suivants :

  1. C’est un projet de Market Place et il faut faire un choix sur la partie à développer en premier. Soit les entreprises, soit les apporteurs d’affaires. Nous pensions à tort qu’il fallait démarrer sur l’aspect “communauté de Sales”, d’où le blog. Le trafic est là mais cela n’a rien généré du côté de la plateforme. Il n’y a pas d’engagement à ce stade car il n’y a pas beaucoup de programmes. C’est un point à noter.
  2. Beaucoup d’apporteurs d’affaires ont aussi souligné le fait qu’ils n’avaient pas de statut et ne voulaient finalement pas s’inscrire comme auto-entrepreneur. C’est un autre fait.
  3. Nous allons désormais nous focaliser sur les entreprises. C’est la première décision. Pourquoi ? Parce que nous sommes nous-même pleinement opérationnels sur le métier ! Aussi simplement que cela ! Nous n’avons pas besoin de 100 programmes pour commencer à travailler.
  4. Nous allons leur apporter des leads qualifiés nous-même. C’est notre métier et cela permettra de rôder concrètement les fonctionnalités de la plateforme et d’avancer sur ce MVP
  5. 3 programmes ont été ouverts ces 24 dernières heures. C’est une première concrétisation hyper concrète
  6. Nous changeons le modèle dans le sens où là nous partons sur le concept de “Team Privée” composée de Samouraïs de la Vente, comme cela l’idée est de faire du qualitatif plutôt que du quantitatif
  7. Les premiers leads ont déjà été trouvés pour un total de 45K€ HT d’affaires très concrètes. C’est un premier pas très encourageant !
  8. Comme quoi, finalement ce qui permet de résoudre le problème de l’oeuf est de la poule est tout simplement de travailler et de ne rien attendre de plus. Ce n’est pas des lignes de code en plus qui produisent des ventes ! Ni la recherche de nouveaux membres !
  9. Des sociétés qui ont besoin d’apporteurs d’affaires, il y en a dans les faits vraiment beaucoup et il suffit de travailler rigoureusement de manière motivée pour décrocher des opportunités. Une belle leçon qui récompense la détermination et le professionnalisme.
  10. Nous avons signé à ce jour 5 conventions en 48h et nous pensons en signer 5 de plus la semaine prochaine et nous ambitionnons d’en avoir signé 20 au total ces 3 prochaines semaines
  11. Il manque des fonctionnalités sur la plateforme mais ce n’est pas dérangeant.
  12. Finalement ce qui compte c’est qu’un prospect puisse rencontrer proprement sa solution finale et que cela amène à des affaires closées. Pour cela, finalement il n’y a pas besoin de se casser trop la tête sur les outils à ce stade. Cela amène à mettre les développements de la plateforme en priorité moindre.

La seule leçon à retenir : faire du chiffre d’affaires !

La seule et unique voie à suivre dans un projet entrepreneurial est celle des ventes ! Le trafic, aussi important et qualifié soit-il, ne fait pas vivre !

Une plateforme n’a aucune utilité en soi

Le projet n’est pas une association à but non lucratif. Soyons clair avec cet objectif clé. Pour pouvoir embaucher, se développer, rendre des clients satisfaits, il faut avant tout faire le métier. La Tech ne doit pas être l’arbre qui cache la forêt.

Poursuivre dans l’apport d’affaires

Nous ne vivons que de cela depuis des années. Par conséquent, c’est la voie à poursuivre. La plateforme servira à remonter nos deals à nos clients existants et futurs. Il est toujours factuellement possible de s’inscrire comme Apporteur d’Affaires, mais nous allons faire une sélection drastique et limiter l’entrée aux plus motivés et surtout aux plus productifs. C’est la toute dernière leçon à retenir. Mieux vaut être une équipe de 30 passionnés ultra productifs que 1000 non productifs et juste là pour regarder. On peut transformer des destinées en travaillant de manière acharnée et efficace avec un pool restreint de Samouraïs de la Vente

La voie de la “Team Privée”

Notre choix stratégique est par conséquent de monter une team privée. La scalabilité passera bien plus tard. Les développements informatiques de la plateforme aussi. Nous ne les ferons que de manière autofinancée. C’est un principe qui nous tient à coeur. Ce sont nos gains sur les apports d’affaires qui financeront le reste des développements. Tant pis pour les ambitions court-termistes.

En conclusion

  • Si vous êtes une entreprise et que vous cherchez des apporteurs d’affaires expérimentés, alors il vous suffit de nous contacter par email à contact@peppersales.io (ou de vous créer un compte sur PepperSales.io mais nous nous sommes rendus compte que c’était un frein totalement inutile. Envoyez-nous juste un email et cela suffit amplement).
  • Si vous êtes un apporteur d’affaires, alors rien ne sert de vous inscrire sur la plateforme là maintenant car nous ne garderons que ceux qui sont capables de se consacrer à pleine énergie sur le projet, afin de constituer notre team privée sélective. Si vous voulez nous joindre, alors envoyez nous aussi un email à contact@peppersales.io

Nous optons pour un modèle beaucoup moins ouvert que prévu

C’est la leçon. Nous pensions créer la plus grande ligue ouvert de “Hunters” (Apporteurs d’Affaires), mais là dans l’immédiat nous revenons à un modèle internalisé, fermé et sélectif.

Mieux vaut faire progresser le projet en le maintenant rentable…

…comme il l’a toujours été depuis sa conception. Oui, nos comptes sont dans le vert et nous gagnons de l’argent sur nos apports d’affaires. Pour nous, c’est la meilleure source de revenus quand on est un vrai talent de la vente capable d’être à fond sur le sujet.

L’Equipe de PepperSales.io

Vous avez aimé cet article ? Retrouvez ci-dessous nos 10 meilleurs articles sur la thématique de la Prospection Commerciale, ceux les plus lus par notre communauté d’apporteurs d’affaires ! Cliquez sur le lien suivant : cliquez ici !

Allez, on se fait un petit partage ?